• Citation

    "Si tu ne peux rien leur vendre, alors tue-les" Blaroth, seigneur phénix
  • Bad move…

    “En guise de serpent, vlaitre, vous allez vous retrouver à jouer contre des voitures playmobil. J'ai même le camping car. - Je préfèrerais ça a subir un nouveau camouflage arc en ciel”
  • Sondage

    Les Space Marines sont-ils des couards?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
  • Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne

Opération V…. V….. – 1 – Edouard

Posté par Pierre2.0 le 19 mai 2011

Un mois avant le Prologue… 

Edouard avançait parmi la foule des badeaux qui avait envahi la salle de spectacle. Ladesh était un vaisseau-monde idéal pour l’Eldar Connection. Sa pauvreté en faisait un creuset de recrutement intensif pour ceux qui voulaient cheminer dans l’illégalité pour accéder à un nouveau statut social. On pouvait y passer facilement pour des Robins des bois en y distribuant quelques denrées peu chères facilement échangées. Et la surpopulation, phénomène si rare pour un vaisseau-monde eldar qu’il méritait bien d’être référencé, permettait d’organiser des rencontres et des réunions dans la plus totale discrétion, noyé par les masses nécessiteuses.

Chaque représentation des Arlequins donnait lieu à une affluence telle que les places assises ne suffisaient pas : il fallait invoquer des sortilèges mystérieux pour agrandir la salle au delà de l’espace normal, et malgré cela, nombreux étaient les spectateurs debouts. Au premier rand, Edouard aperçut l’Avatar de Kulepsus. Celui-là riait comme un nouveau-né (ce qu’il était littéralement parlant, puisqu’il renaissait à chaque nouvelle intervention) à chaque péripétie clownesque des Arlequins, se reversant sur son banc, au grand dam de ses voisins pourtant équipés de combinaisons ignifugées.
Sur cette scène, il était apparement question d’un guignol qui tabassait à grands coups de batons des space marines peu scrupuleux.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | 2 Commentaires »

Opération V….V….. – Prologue

Posté par Pierre2.0 le 18 mai 2011

Custudio Phalanger commençait à trouver le temps long. Comme on peut trouver le temps long lorsque l’on se trouve assis dans un bar à côté d’un Space Wolf dans une station spatiale du fond du trou du Segmentus Proutus. Depuis environ une heure trente, son compagnon de table n’avait cessé d’engloutir toutes sortes de « choses »,le mot « chose » convenant davantage que le mot « aliment » : membranes et organes plus ou moins flasques appartenant à des espèces à l’origine incertaine, os couverts de muscles multicolores qui avaient été ingérés en entier avec moultes bruits de fracture graisseuse, bouillie flasque et exhalant un fumet peu ragoutant , coques et coquilles dont l’odeur nauséabonde semblait parfaitement s’adapter à l’apparence. Le tout accompagné par d’innombrables pintes du même breuvage, l’ensemble ponctué par d’innombrables récits répétitifs des innombrables gloires des Space Wolves entrecoupés par d’innombrables bruits de succions et de déglutissements. Un cocktail qui aurait pu pousser au meurtre n’importe quel marine de n’importe quel autre chapitre. Mais Custodio, lui, faisait partie de l’Officio Espionika.

Depuis que le Remède avait été réactivé, les missions de l’Officio Espionika s’étaient succédées à la vitesse d’une escouade d’assaut. L’inquisition avait envoyé ses agents espionner le Remède pour y déceler d’éventuelles traces résiduelles du chaos à l’origine de son éviction passée, les Ultramarines avaient à leur tour demandé une étude complète des marines camo pour évaluer la menace médiatique qu’ils représentaient, les Black Templars avaient tenté de voler une caisse de préparation Gao, les Blood Angels n’avaient rien fait pendant trois tours, tandis que l’Adeptus Terra, inquiet de cette résurgence d’activité espionnistique, avait fait espionner tout le monde pour comprendre.

Mais aujourd’hui, la mission était particulière. C’était Robert Smith lui-même qui avait débarqué dans le bureau de Custodio après avoir bolterisé toutes les secrétaires. Il avait requis la plus grande discrétion, et il s’était évertué, avant de révéler quoi que ce soit, à transformer le bureau de l’espion en ruine fumante. Tout le mobilier, les appareils, les murs et le stagiaire avaient été passés au lance-flamme lourd. Ce n’était pas la première fois que le Remède faisait appel à lui depuis sa remise en service, mais l’affaire semblait d’une ampleur sans précédent.

C’est au sein d’une fumée noirâtre et ceint d’une odeur de plastique carbonisé que Custodio apprit le détail de sa mission : il y avait un traître au sein de l’Eldar Connection.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Traffic sur Malbarey, partie 3

Posté par Pierre2.0 le 11 mai 2011

Pour lire la partie 2, cliquez ici

Aégis soignait tant bien que mal Mirv, qui malgré ses chairs calcinées ne se plaignait pas plus depuis le départ de Khaine, sans doute pour une question d’éthique. Il avait fallu découper la moitié du casque de psychoplastique avant de pouvoir enlever, millimètre carré par millimètre carré, la partie fondue qui avait adhéré à l’ancien visage angélique de l’eldar. Le fantôme de l’opéra : il faisait penser au fantôme de l’Opéra. Cet ancien film qu’Aégis avait également apprécié.

Aégis était retourné voir la lance-ardente…. Celle-ci était encore bouillante du tir qui avait fixé le destin de Mirv. Aégis avait commencé à réfléchir à comment il pourrait trouver une solution pour fixer l’arme, puis il avait renoncé. Aégis n’aimait pas trop réfléchir, car c’était fatigant, et dans son cas, très souvent décevant. Les résultats n’étaient jamais à la hauteur des espérances qui étaient pourtant déjà très en deçà de la moyenne. Tout ça était bien trop compliqué.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica, Unites Militaires | Pas de Commentaire »

Traffic sur Malbarey, partie 2

Posté par Pierre2.0 le 9 mai 2011

Pour voir la partie 1, cliquez ICI

Une vague de chaleur. Une bouffée d’air brulant. C’était comme ça que s’annonçait généralement la venue d’un Avatar. Et l’Avatar de Kulepsus était parmi les plus chauds. Le comble, pour un demi-dieu statuaire en fusion comme lui, c’était qu’il ne supportait pas la chaleur. L’Avatar suait la lave comme Aégis suait la peur, et alors qu’il était d’un naturel exécrable, la mission d’assistance sur Malbarey l’avait rendu plus qu’odieux. Effrayant. Enfin, si un Avatar ne devait pas l’être naturellement et l’était devenu en sus.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Traffic sur Malbarey, partie 1

Posté par Pierre2.0 le 8 mai 2011

Aégis retira son casque en écartant précautionneusement les lanières de psychoplastiques étanches qui maintenaient constamment l’intégrité de l’armure. Cette fois-ci, l’opération avait réussi, mais cet éphémère succès ne pouvait lui faire oublier les 9 fois sur 10 où la sangle se prenait dans ses oreilles pointues démesurées et généraient à la fois une grande douleur pour lui et un fou rire général dans son environnement.
Aégis ne savait pas pourquoi Khaine l’avait affublé de pareils appendices. Tout juste avait-il le souvenir de cette maîtresse qui lui tirait les oreilles à l’école, mais tout de même : avait-il pu être dissipé à ce point? Chaque fixation et chaque extraction du heaume de synthèse était l’occasion d’une souffrance psychologique qui lui rappelait combien l’étendard de sa race – la pointe des oreilles – pouvait être la marque du dédain vaniteux que ses pairs pouvaient exercer à l’encontre de tout incartade au raffinement et à la subtile esthétique du bon goût.

Traffic sur Malbarey, partie 1 dans Historia Galactica 30

 Aégis tamponna son front avec un chiffon de maintenance. Retirer son casque en pleine bataille n’était pas du meilleur bon sens, mais sur Malbarey, la chaleur moite qui se dégageait d’un sous-sol trop humide était épouvantable. Le système de climatisation intégré à son armure était évidemment en panne. En tant normal, il aurait couplé la réserve d’énergie sur celle de son arme d’appui afin de détourner la puissance nécessaire pour réalimenter ses modules de contrôle de la température, mais l’arme n’était plus en mesure de fournir ce service.

Adossé au sommet du tertre, Aégis contemplait la scène en s’essuyant le front : d’ici, on aurait dit L’Attaque de la Fourmilière Géante. L’eldar avait vu deux ou trois fois ce film dans la salle de projection commune du vaisseau-monde. Certainement pas la meilleure réalisation de Britoslavad Migillievitchaen, mais pour quelques unités, on pouvait passer un bon moment en grignotant du pop-corn et rire un bon coup avec ses frères de misère. D’ici, la horde tyrannide qui sévissait en contrebas ressemblait à ces fourmis qui attaquaient de pauvres promeneurs en pique-nique sur la lune de Rigel 3 : leur nombre rendait la conclusion inéluctable.

road_sign_giant_ant_postcard-p239017284659674259qibm_400 dans Historia Galactica

Aégis se demandait pourquoi on était encore là. On aurait dû réembarquer rapidement et fuir ce cloaque infecte et voué à la digestion. Si l’eldar avait toujours émis l’opinion que cette histoire de sacrifier un million de mon keigh pour éviter la perte d’un vie eldar était le produit d’une campagne d’extrême droite, lorsque la sienne était en jeu, il avait vite fait de retourner sa veste. En l’occurence, il aurait bien aimé quitter ces marécages infestés par la pire plaie grouillante de l’Univers, à l’exception peut être des morpions.

Mirv, son coéquipier, s’affairait encore à essayer de remonter la lance ardente sur son réceptacle. Mirv était un compagnon bien agréable. Lorsque Aégis se coinçait invariablement les oreilles dans les portes des vestiaires, alors que les rires jaillissaient autour comme autant de signaux assourdissants de sa difformité, lui ne riait pas, ne cillait pas. Il lui tendait simplement bandelettes et onguent d’un visage impassible. Mirv n’était lui, affublé d’aucune tare physique. Il irradiait la beauté gitane propre à son peuple, fine, et sauvage. Mais il avait un gros défaut : sa patience le disputait à son sens du travail et à sa conscience professionnelle. Non pas que Mirv ait jamais reproché à son vis-à-vis de ne pas en faire assez, de ne pas l’épauler ou de n’être constamment concentré sur son travail. Mais l’application permanente que Mirv mettait à réaliser sa tâche était une accusation muette de la langueur apathique de son camarade.

malbareyessai1

« Pas moyen : je n’arriverai jamais à ré-enclencher les fixations magnétiques de la lance ardente! C’est foutu. »
S’il lui avait demandé, Aegis aurait pu dire « C’est foutu » depuis un bon quart d’heure. Lorsque le Canifex s’était pointé il y a une demi-heure, l’eldar ne savait pas laquelle de l’horreur ou de la terreur avait été la plus forte des émotions qui avait étreint les deux escouades de gardiens et leurs pièces d’appui. L’autarque les avait consigné dos à la crète, sur les hauteurs, et le soulagement de la troupe qui avait été désignée pour stationner en retrait des combats avait pu se lire sur tous les visages. Enfin, aurait, si personne n’avait été casqué. C’est pourquoi, lorsque le Carnifex s’était pointé sur les arrières, on n’avait même pas eu le temps de faire voler les shurikens. En moins de dix secondes, la première escouade avait été découpée, hachée, broyée, dévorée, inhalée par la bête immonde. Le légendaire flegme eldar, la Voie du combattant avait laissé la place à la Voie de la survie : la seconde escouade s’était débandée en trois secondes alors que le Carnifex finissait les restes. Heureusement, Mirv était là. Il avait profité du repas fast-food de la créature pour faire pivoter la pièce et d’un tir ajusté, lui avait nettoyé les gencives. Au sens propre : c’était le seul résultat que le tir d’une des armes les plus puissantes de la civilisation la plus avancée de la Galaxie avait pu produire sur le monstre.

 Tyranid_Carnifex_by_MistyMiasma

Heureusement, les artilleurs de la seconde pièce d’appui n’avaient pas sonné la retraite eux non plus, et bientôt, le vortex provoqué par le canon à distortion s’était ouvert et avait avalé la moitié du Carnifex. On avait alors découvert avec horreur qu’une moitié de Carnifex pouvait continuer à vivre et à tuer férocement. Le demi-tyrannide s’était répandu férocement sur le canon warp et d’un coup d’une énorme griffe avait tranché l’arme et ses deux artilleurs. Mirv, fidèle à lui-même, n’avait pas cillé et avait orienté la lance vers la portion de carnifex. Un nouveau tir n’avait eu comme effet que de diriger l’attention du rampant sur les deux derniers survivants. Fouettant l’air et le sol de sa griffe et de sa patte restante, le Carnifex avait franchi en un souffle la distance et s’abbatit sur la machine au moment même où Mirv l’activait une dernière fois. Comble du comble : le tir avait raté sa cible, mais en voulant détruire l’arme, le Carnifex avait empalé ses restes sur la pointe affutée. L’attaque n’avait pas durée plus de 15 secondes. Quinze secondes pendant lesquelles Aégis n’avait pas esquissé l’ombre d’un geste. Le sang-froid. Ou la peur.

Evidemment, la lance ardente avait été arrachée de l’affût anti-grav durant l’opération. Il avait fallu d’abord découper le carnifex pour récupérer le cylindre, puis Mirv avait essayé de le fixer de nouveau, sans succès. L’arme était foutue. Il fallait partir.

à suivre dans la partie 2….

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Dans les coulisses de l’Empire…(5) : les trois réponses

Posté par Pierre2.0 le 30 avril 2011

Pour la partie 4, cliquez ICI.

  »Ne posez pas de question aux eldars, car ils vous donneront trois réponses, toutes vraies, et toutes horribles à connaître. »
Inquisiteur Czevak

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | 3 Commentaires »

Dans les coulisses de l’Empire… (4)

Posté par Pierre2.0 le 28 avril 2011

Pour la partie 3, cliquez ici.

Des masses de mauvais, il y en avait dans les roulottes galactiques – pardon – les vaisseaux-mondes. L’Eldar Connection avait une base de recrutement phénoménale. Pour un exarque surpuissant, on comptait des centaines, des milliers de tireurs maladroits, d’escrimeurs exécrables, de pilotes catastrophiques, de combattants fainéants et de guerriers dépressifs.

Dans les coulisses de l'Empire... (4) dans Historia Galactica 18710

Des sortes de réunion Tupperware permettaient d’étendre le mouvement et l’El Co avait au gré du temps placé ses agents sur tous les vaisseaux mondes. L’organisation se situait quelque part entre un réseau de groupuscules terroristes et une société de vente par correspondance.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Dans les coulisses de l’Empire… (3)

Posté par Pierre2.0 le 27 avril 2011

pour lire la partie 2, cliquez ici

Depuis l’aube des temps, les eldars avaient appris à manipuler le destin. Ce qu’il faut traduire par : raconter n’importe quoi à n’importe qui pour noyer les faits sous des tonnes de conneries mystiques. N’importe quelle vérité pouvait disparaitre, engloutie par les océans d’informations erronées et contradictoires qu’un porte-feuille suffisamment gonflé pouvait diffuser auprès des personnes clefs.

C’était le ressort de toutes les affaires. Le défaut d’information du consommateur.

Par exemple, cette histoire de planète. Les eldars n’ont que très rarement vécu sur des planètes. Trop fastidieux à gérer, avec ces affaires d’écosystèmes, d’équilibre écologique à respecter. Non, très vite, ils avaient adopté le seul style d’habitation sans contraintes : la roulotte galactique. On pouvait se déplacer lentement dans l’univers, profiter des lieux sans penser aux obligations d’entretien. Les eldars avaient toujours été les nomades de l’univers. Les manouches de la galaxie. Les gitans du cosmos.

Dans les coulisses de l'Empire... (3) dans Historia Galactica Archonte%20&%20Vaissau-Monde
Cette gravure date de la rencontre avec les Goa’uld (voire la pyramide en arrière-plan). Coiffure, habits, on ne peut contester que les eldars sont des gens du voyage…

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Dans les coulisses de l’Empire… (2)

Posté par Pierre2.0 le 26 avril 2011

Pour la partie 1, cliquez ici

« Tu comprends, on a un certain style, une image de marque. »

Maudit Baharroth. Prétentieux et gouailleur. Son surnom, la « plainte du vent », censé impressionner l’ennemi, ne prêtait qu’à sourire dans la famille. Baharroth avait hérité des difficultés instestinales propres à la famille des « Roth », les aigles chasseurs. Dernier avorton prématuré et souffreteux d’une couvée nombreuse n’ayant donné que de solides guerriers, il avait les préférences secrètes de sa mère chérie, qui voyait en lui un petit miracle vivant. Seule tâche dans l’icône immaculée du gniard, le bébé avait des flatulences irrépressibles. Et fort nauséabondes. Tout petit déjà, il lâchait des caisses qui obligeaient l’état major eldar de Biel-Tan à quitter le bunker pour poursuivre les discussions sur la terrasse. Dans sa jeunesse, Blaroth surnommait déjà son cousin « maxi-pet », avatar ravageur qui s’était répandu comme une trainée de poudre parmi les gardiens constamment indisposés par les gaz du nourisson. La mère ailée avait fait un tel scandale qu’Azurmen lui-même, avec une pince à linge sur le nez, avait officiellement baptisé Baharroth « plainte du vent », avec un certain humour… et menacé de trépanation tous ceux qui n’utiliseraient pas le pseudonyme officiel.

Dans les coulisses de l'Empire... (2) dans Historia Galactica « Ah, mais ça pue, c’est une infection! Je vais leur trancher le derrière! »

« Après une affaire comme celle-là, on ne peut plus te confier ce genre de mission. Les Eldars sont réputés pour leur habilité, leur sens de la précision. C’est tout une légende qui s’écroulerait si jamais on faisait des gorges chaudes sur ta « maladresse ». »

Au placard. Son cousin si bien sur lui l’avait rangé au placard. Des siècles de service rendu, et voilà où on en était.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

Dans les coulisses de l’Empire… (1)

Posté par Pierre2.0 le 25 avril 2011

« Si tu ne peux rien leur vendre, alors tue-les »

Son ombre miroitant sur les murs sombres tracée par les irridescences des mille spots plongeant du plafond de son garage aménagé en boite de nuit, Blaroth ressassait la devise de sa race, édictée par Eldanesh en des temps immémoriaux… à moins que ce ne soit son mécano qui lui ait dit ça la semaine dernière ?

Maudite immortalité. La vie éternelle n’exonérait pas des menues indispositions que l’âge traçait insidieusement siècle après siècle dans le corps et dans l’esprit. Des souvenirs qui disparaissent, cette douleur lancinante dans la rotule gauche…. L’incontinence… Heureusement les eldars avaient eu le temps d’adapter les armures afin de compenser ces petites handicaps.

Lire la suite… »

Publié dans Historia Galactica | Pas de Commentaire »

12
 

Les joueurs du dimanche |
pokeblog |
Team 2pac |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les Noobs TEAM Call Of Duty...
| GAMEWORLD
| Rare et Roue de Cp